Follow

Entre l’appel des travailleur·ses du numérique (1 000 signatures !), et l’appel de différentes professions *aux* informaticien·nes, dans la tech, on commence à réfléchir à nos moyens d'actions.

Grèves, bannières, blocages ? Petit état des lieux des discussions ici : ⬇️

kemenaran.winosx.com/posts/que

Avec une question : pour des informaticien·nes, bloquer un système pour protester, est-ce légitime ?
Et comment s’y prendre ?

· · Web · 7 · 24 · 6

@pmorinerie

Is it absolutely necessary to inflict unorthographic #French upon the audience in a public medium?

All because you do not understand that the masculine #grammatical #gender is used for mixed biologic or social gender referents, as well as individuals or groups of undetermined genderness and, finally, exclusively male individuals or groups?

@pmorinerie

I get it that its purpose is to identify the writer as belonging to a certain ideological group (some values of which one may share without proselytism) but this is more annoying than the #communists addressing everyone as “tu” back in the day. At least that did not mangle the language and did not impede communication.

@0 Oui, c'est nécessaire, et ce n'est pas "unorthographic", c'est la langue française que @pmorinerie choisit d'utiliser pour ne pas renforcer les mécaniques sexistes et discriminatoires de notre société.

@Hippolyte

There is absolutely nothing #sexist or #discriminatory in being sufficiently cultured in one's language of choice to know how to use it properly.

@pmorinerie

@pmorinerie
Concerning your question, blocking a computer system without legitimate cause is likely to not go down well in a court of law. That is because you are denying others a legal right (un bien juridique, in civil law) without due cause. It would seem to go beyond your right to cease an activity or engage in legitimate forms of protest.

There is however no straightforward answer, let alone a generic one.

PS: Something that might come as a shock to many French: protest ≠ vandalism.

@0 (as you are responding to a french article, may I take the liberty of answering into french?)

Oui, les actions de blocage (piquets de grève, etc.) sont souvent techniquement illégales.

Mais il me semble aussi qu'elles sont très souvent tolérées. Elles seraient condamnées – mais aucune action en justice n'est lancée.

Je me demande donc : qu'est-ce qui fait que ces actions sont tolérées ? L'habitude, le rapport de force ? Et comment construire la même chose dans les métiers du numérique ?

@pmorinerie

> may I take the liberty of answering into french?

Of course. Ça me gave quand les gens changent leur langue !

> Oui, les actions de blocage (piquets de grève, etc.) sont souvent techniquement illégales

Un piquet de grève n'est pas une action de blocage.

The idea is to persuade (or “shame”) co-workers into joining the strike, which is entirely legal.

@pmorinerie
As to actually occupying a workplace with the idea of interfering with production, it comes down to national and even local custom + the actual circumstances whether this may be considered as an extension of one's right to strike (and therefore legitimate) or not. It is usually tolerated provided that it is done peacefully and the company concerned takes no action.

@pmorinerie

> Et comment construire la même chose dans les métiers du numérique ?

Using any form of aggression to make one's point is a remarkably poor strategy as it suggests a lack of solid arguments and is likely to be responded in kind.

@pmorinerie
Ceasing to attend to a system during a strike is probably ok unless negotiated otherwise. Preventively shutting down a system that cannot run without supervision is also probably ok (best to negotiate first). OTOH actively interfering with a system's normal functioning, apart from unprofessional is also unlikely to come with a plausible legal defence.

@pmorinerie
Note that tampering with information management systems can be more severely punished than the destruction of physical goods (up to 5 years + €300K in #France).

@0 pour garder la discussion la plus claire et cohérente possible, j’aimerais bien limiter ce thread au français. Est-ce que ça t’irait ?

@pmorinerie

Programmer une maintenance une minute avant la grève?

@LienRag j’aime bien l’idée !
Dans les contextes où il serait difficile de revendiquer l’action sans risques, ça permettrai de prétendre que ce n’est pas une action explicite.

@pmorinerie Merci pour l'article. Ce sont des réflexions très intéressantes. J'aime beaucoup le fait que le blocage de site web puisse être ciblé vers les patrons. Je trouve que ça légitimise encore plus le blocage ! 😀

@tetue merci ☺️

Ça me faut chaud au cœur de voir des discussions se lancer sur ces sujets, j’ai l'impression que des choses intéressantes sont en train d’émerger.

@pmorinerie Ouiiii ! Y'a une convergence des réflexions qui est délectable et ce temps de grève, nous permet de nous fédérer, c'est chouette.

@pmorinerie Billet très intéressant, l'idée du bandeau est sympathique en première action simple.

Pour le blocage de ressource directement, je suis un peu nuancé. Un chauffeur de train RATP qui refuse de venir au travail n'utilise pas son outil. Un sysadmin qui éteint un serveur dont il a la charge, c'est du sabotage qu'il est beaucoup plus difficile de justifier juridiquement.

@pmorinerie
Peut-être bloquer des pipelines de production (intégration continue)? Refuser de traiter des merge request?

En tant que sysadmin, programmer une maintenance juste avant la grève? Sur un serveur mail d'une grosse entreprise, ça peut faire beaucoup de dégâts :p

@rhapsodos c'est vrai, faire en sorte que le simple l'arrêt de travail soit le plus perturbant possible, c'est sans doute plus sûr juridiquement.

Après, là où j'en suis en ce moment, c'est que cantonner les grèves dans l'informatique au strict cadre légal ne suffit probablement pas à être efficace. Ça ne fait que reporter le travail, mais ça ne bloque pas la production (comme peut le faire un manque de conducteurs ou d'ouvriers sur la chaîne).

@rhapsodos est-ce que d'autres professions n'ont pas montré qu'il faut aller plus loin pour être efficace ?

Et comment faire pour que ces actions, comme dans d'autres professions, soient en pratique tolérées ?

@pmorinerie je suppose dans ce cas qu'il faut qu'un collectif fasse le premier pas, que l'action soit commise par suffisamment de personnes pour que la punition individuelle soit impossible. C'est ça qui protège les participants à un piquet de grève, non ?

Sign in to participate in the conversation
Mastodon

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!